Lundi, c’était Halloween. Et Dieu sait qu’on a bien fêté ça dans cette rubrique avec un court spécial et une compil de nos films d’horreur préférés. Mais là, ça suffit, on en a marre… Un peu de douceur dans ce monde de brute bordel ! Or, quand on parle de court-métrage, qu’y a-t-il de plus léger que les shortfilms Pixar ? Rien, absolument rien ! On va donc parler du petit nouveau né dans la galaxie Pixar, Piper.

Piper, c’est le petit nom d’un oisillon de la famille d’une sorte de mouette avec un très long bec. Vous trouverez le nom vous-même, je ne suis pas ornithologue. Dans le film, Piper, devra sortir du nid pour apprendre à se nourrir tout seul et affronter sa peur de l’eau. On a donc affaire ici à un court tout mignon réalisé par Alan Barillaro, Directeur de l’Animation sur Le Monde de Némo, Les Indestructible, Wall-E et Rebelle. Hé oui mec, c’est ce gars qui a illustré ton enfance. Je parie que tu ne connaissais même pas son nom… Respecte un peu !

Mais Piper n’est pas seulement mignon. Il témoigne des techniques d’animation de Pixar qui relèvent presque d’un naturalisme décalé lorsqu’il sagit de mettre en scène des animaux. En effet, on distingue une véritable volonté d’analyser le comportement animal pour le parodier. Ici, c’est la peur de l’eau des oiseaux qui est détournée. Un côté naturaliste donc, qui vient directement renforcer la fibre comique et attendrissante du court-métrage, et le rendre expérimentable dans l’environnement dans lequel évolue l’enfant-spectateur. Quel enfant n’a jamais appelé un poisson clown, un « Némo », lors d’une visite d’un aquarium ?

Aller je vous laisse d’ailleurs avec un autre petit court que j’avais découvert au ciné étant tout gamin. On est là aussi sur des oiseaux et c’est tout aussi efficace !