Hello ! Aujourd’hui, c’est la sortie de notre premier article au format portrait d’artiste, et vu que l’on est des purs créatifs on l’a appelé « Portrait ». Et ouais fallait pas nous chercher. Le concept, comme son nom l’indique, est de dresser, en interview le portrait d’un artiste, pouvant venir de tous les horizons (cinéma, théâtre, musique, mode,… pornographie, un jour peut être… bref tous les horizons). Ces artistes qui évoluent dans une industrie où il est de plus en plus difficile de se démarquer, nous essayons de les mettre en avant par rapport à ce qu’ils sont et d’où ils viennent, toujours dans la logique de mieux les comprendre. Pour la première de la rubrique portrait, j’ai été à la première d’un jeune magicien au Théâtre du Marais à Paris. Cela fait deux premières, et en tout cas, pour Henry Fexa, ça a été une réussite ! Il est jeune, il est marrant et il est bourré de talent !

img_0249-1

Culture Creators : Bonjour Henry, ravi de te rencontrer ! Alors pour commencer on va parler un petit peu de toi, qui es-tu ? D’où viens-tu? Et comment es-tu arrivé dans le monde de la magie ?

Henry : Ma maman connaît quelqu’un qui est champion du monde de magie de cartes, Monsieur SANVERT, je l’ai rencontré 3 ou 4 fois pendant des évènements privés ou familiaux. Un jour, il nous a offert un DVD et un jeu de cartes de magie à Joachim, un pote, et moi. On l’a regardé ensemble et après de multiples visionnages, on a décidé de faire un spectacle de magie. Pour commencer on choisit un public facile (Rires). On est allé en maison de retraite, c’était en effet une cible avec un besoin réel, notre investissement était total. Quelques maisons de retraite plus tard, une dame vient nous voir et nous demande de venir jouer dans son restaurant, au Mans. Nous voilà propulsés au « Ô Bon soir », une clientèle qui aime sortir et voir ce genre de spectacle. Un jour, un monsieur vient me voir et me demande une carte de visite. J’étais en troisième, autant te dire qu’une carte de visite, c’est pas le genre de truc que t’as dans ta poche. Ne sachant pas trop ce que c’était,  j’ai donc demandé à ma mère. Je me retrouve avec 50 cartes de visite, dans ma trousse. Les profs me prenaient clairement pour un OVNI, le mec a 14 ans et se fait des cartes de visite dans le plus grand des calmes. Du coup, j’en donnais à chaque représentation, je faisais des mariages, des anniversaires et à 14 ans je me retrouve avec 200-300 euros par mois. Après les cours, c’était tournée de bonbon générale et fontaine de coca pour tous mes potes. Après deux ou trois ans de petites dates, Les Galeries Lafayette m‘appellent avec pour objectif de promouvoir la marque et là je signe mon premier contrat. Jusqu’à mon BAC c’est l’effet boule de neige, plus je me représentais plus on m’appelait. J’arrive finalement en fac de psycho à Angers, la magie devenait pour moi un job étudiant. La psycho me passionne mais les débouchés ne me plaisent pas : grosse remise en question. Vu que les propositions ne faisaient qu’augmenter je me suis dit qu’il y avait peut-être un truc à faire. Soit je me lance, soit je continue les études. J’arrête donc les cours. En septembre 2014, j’étais en vacances avec ma mère. Je marchais avec elle. Je finis par lui dire : « tu sais maman je gagne un peu de sous avec la magie, à côté je fais rien. Je vais en cours que si on m’appelle. Peut-être que si je travaillais ça se développerait encore plus… », et elle me dit : « OK si tu veux faire ça, vas-y. Par contre tu te donnes. »

« …les profs me prenaient clairement pour un OVNI, le mec a 14 ans et se fait des cartes de visite. »

4 mois de fête et de vadrouille s’en suivent, rien ne se passe et ma mère me dit que maintenant c’est « à mon rythme ».  Je décide alors de faire des vidéos, Bordeaux, Lille, Nantes, Tours ça marche très bien localement. Mais les vidéos ne mettaient pas de tours en valeur. Du coup j’ai décidé d’arrêter et de faire une vidéo pour un tour. Pour que ce soit plus impactant.

Puis, je décide de monter à Paris pour voir des spectacles de magie. C’était des spectacles qui marchaient, mais ça ne me plaisait pas et ce n’est pas ce que je voulais faire. Je sors à la fin d’un des spectacles, fume une clope, appelle ma mère et décide de monter mon propre show. J’avais rencontré Martial Betirac, l’ex animateur du Mad Mag sur NRJ 12 pendant un show et je lui ai dit : « il faut que tu sois mon metteur en scène t’as pas le choix » et… il l’est devenu. On écrit un spectacle, je le présente à Paris pendant un showcase, au Théâtre du Ricochet, puis au Mans. Ça cartonne, mais je voulais monter sur Paris, Le Mans ce n’étais pas une fin en soi. Pendant 6 mois, galère sur galère. Je rencontre du monde, j’ai des contacts à droite à gauche (l’équipe de Dany Boon, Nekfeu, Fun radio) mais rien jusqu’en juin dernier où le Théâtre du Marais me dit tout simplement qu’ils seraient intéressés de me voir sur les planches à la rentrée 2016 pour 4 mois jusqu’en décembre. Et me voilà.

«  …je sors à la fin du spectacle, fume une clope, appelle ma mère et décide de monter mon propre spectacle. »

Je suis venu te voir ce soir, aussi pour parler de ton spectacle, 1h – 1h30 de show en comptant la première partie de Benmoutt, c’est dynamique et interactif. Le rendu est top, un mélange d’humour et de tours vraiment impressionnant. Quelles ont été tes impressions sur cette première ?

Un spectacle ne se passe jamais parfaitement, rappelle-toi à la kermesse de CM2, tu dansais, tu faisais mal deux ou trois pas et pourtant tout le monde venait te voir en te disant que c’était génial. Si un artiste te dit « hé franchement tout s’est bien passé », pour moi personnellement, ça n’existe pas. Il y aura toujours cette part d’imprévu et d’aléas inévitable. Après, ce soir j’ai fait un très bon début de spectacle, les erreurs, vu que j’interagis beaucoup avec le public sont parfois pas de mon plein gré. Mais sur l’ensemble, je suis assez content de moi, j’ai fait une bonne première après je ne suis pas humoriste, donc les sketchs représentent beaucoup de travail d’écriture. Les gens disent que tu te la pètes quand tu dis que t’es content mais, quand tu as été nul il faut le dire, quand tu as été bon, il faut aussi savoir le dire. Je n’ai pas été excellent mais je suis content de moi.

Quel est ton positionnement toi en termes de show ? Comment as-tu pensé ton spectacle ?

La magie, c’est truqué, tout le monde le sait, du coup autant qu’on en rigole. D’où le metteur en scène humoriste. Avec un humour très incisif, j’adore cet humour, je suis fan de ça. Mon humour sur scène est le résultat de mon humour et du sien. La magie évidemment c’est que moi et ça, ce sont des choix techniques et stratégiques parce que c’est ce qui me fait kiffer et que je n’ai pas envie d’être mystérieux. Donc je dirais que c’est un spectacle de magie avec un fond d’humour (rires).

Tout est écrit dans ton spectacle ?

Non, les transitions le sont. Par contre les tours en eux-mêmes et ce que je dis pendant ne le sont pas. Après je sais qu’il y a des vannes qui marchent mieux mais c’est normal, ça me permet d’avoir un fil conducteur.

Du coup vu que tu n’écris pas tout dans ton spectacle il change tous les soirs ?

Ouais, en fait c’est un laboratoire là. L’idée, c’est une promesse que je me suis faite, est que chaque soir je travaille quelque chose. Après il faut garder le même fil rouge mais il peut y avoir des nouvelles vannes, un rythme différent, voire un nouveau tour. L’idée c’est que si tu viens deux fois, tu n’as pas un copié-collé de la fois d’avant, mais tu retrouves quand même ce que tu es venu chercher. Parce que ce serait aberrant que je fasse un spectacle, qu’il marche et que je m’arrête de travailler.

« …si tu viens deux fois, tu n’as pas un copié-collé de la fois d’avant mais tu retrouves quand même ce que tu es venu chercher. »

Tu es actuellement résident sur le Théâtre du Marais mais tu continues le close-up à côté ?

Voilà, par exemple j’ai trois dates en trois jours.

Petite question qui m’est personnel, les tours de magie comment tu les apprends ou les imagines ?

Alors il y a deux choses. La première est qu’il y a des boutiques de magie. Tu y vas et tu choisis ton tour dans la boutique. Le truc, c’est que tu peux acheter le matériel mais sans l’explication, c’est sans réelle valeur. Du coup, tu dois aussi acheter le savoir-faire qui va avec. Sinon c’est l’entrainement et la création personnelle, mais la magie c’est beaucoup d’entrainement.

La question kamoulox, magie, vient du latin magia, lui-même issu du grec μαγεία (mageia), « religion des mages perses », terme et ethnie installés officiellement par Cyrus II en -522 grand frère de Sirius Black dans Harry Potter, as-tu lu le dernier Harry Potter ?

Là , je vois déjà l’interview sur le papier avec avec « Gêné » entre parenthèses. En fait, disons que j’ai vu tous les Harry Potter mais pas lu, puis j’avais surtout tom-tom et nana à finir. Du coup non, je n’ai pas lu le dernier Harry Potter.

Je souhaite aussi féliciter le jeune humoriste qui fait la première partie d’Henry Fexa. En effet, Ben Richardot de son nom de scène Benmoutt, a la responsabilité de faire la première partie du spectacle d’Henry Fexa, et en toute honnêteté il s’en sort avec les honneurs. Le lien de sa page Facebook est ci-dessous

14290054_1038273396241452_5841791439340322093_o

Henry Fexa :

https://www.facebook.com/HenryFexa/?fref=ts

Benmoutt :

https://www.facebook.com/Benmoutt-1709454552663382/?fref=ts

Vous pouvez acheter vos billets ici et clairement, on vous conseille d’aller y faire un tour en amoureux, ou pas d’ailleurs, un dimanche soir.

N’hésitez pas à partager ce que vous pensez de l’artiste, si ça vous donne envie et, lorsque vous aurez vu le spectacle venez nous en parler !