La question a eu le mérite d’être posée. Quel coin du monde, quel pays possède le potentiel d’être mis en avant après l’Azerbaïdjan ? Fallait-il opter pour une scène électro un brin plus médiatisée ? Ou au contraire, conserver et même accentuer ce fil rouge ayant pour essence la découverte. La deuxième option nous est apparue comme la plus intéressante et c’est pourquoi la petite île de Chypre sera mise à l’honneur cette semaine. Ses côtes magnifiques, ses paysages vallonnés et recouverts de verdure et Nicosie la pittoresque bla, bla, bla… Notre problématique est la suivante : où en est concrètement la scène électro chypriote ?

 

L’historique influence grecque

La musique traditionnelle chypriote s’est forgée à coup d’événements historiques marquants. La raison en est simple, prenons votre exemple pour l’illustrer. Notre éducation, notre comportement, notre manière de voir les choses est la résultante de multiples influences parmi lesquelles celles provenant des figures paternelles et maternelles ou encore celles de nos professeurs. Il en va de même pour Chypre. Sa musique est le fruit des musiques traditionnelles grecques, turques ou encore arabes, civilisations ayant à un moment t de l’Histoire contrôlé la petite île. Cependant, il faut dire que l’influence grecque est particulièrement notable. On ne vous mentira pas sur ce point, nous ne sommes pas tombés amoureux de ce genre musical. Toujours est-il qu’il est intéressant de le découvrir et surtout de l’appréhender « en mode next-gen ». Monsieur Doumani, artiste chypriote de son état, s’attelle à remettre au goût du jour les musiques traditionnelles de son île tout en leur offrant un bon petit lifting !

Vous pouvez aussi vous faire plaisir avec des morceaux comme Mouzourou Tou Morfou ou encore The Forest Ranger du même artiste. Alors oui, par moment on ne sait plus trop si l’on se trouve devant un OSS 117 ou de la musique chypriote mais l’ensemble est plutôt frais et donc accrocheur.

 

Chypribiza

Si l’on devait grossièrement résumer la situation de Chypre, en dehors du fait que l’île soit mi-turque, mi-grecque, on pourrait dire que Nicosie est à la fois la capitale européenne, économique et culturelle de l’île. Cependant, si autant de touristes débarquent sur ce petit havre de paix, c’est aussi pour vivre l’expérience Ayia Napa. Non ce n’est ni un parc d’attraction (quoique), ni une montagne à gravir mais bel et bien un petit coin de paradis véritablement pris d’assaut par les jeunes générations chypriotes et par les touristes étrangers désireux de faire la fête non-stop. Pour résumer, bienvenue dans une sorte de Ibiza-like.

Afficher l'image d'origine

Bien entendu, cet endroit nous propose une vision relativement superficielle de l’île à l’image de ce qui se passe avec les nombreux springbreaks organisés en Croatie par exemple. Malgré tout, force est de constater que l’essor de la musique électronique à Chypre a été grandement facilité par le développement de ce lieu de fête. De plus en plus de touristes faisant le voyage, des clubs de plus en plus fous (parfois au détriment de la qualité) ont commencé à fleurir au sein de la station balnéaire. Les budgets artistes ont ainsi flambé ce qui a permis aux clubs tels que le Aqua Night Club, le Black N’ White, le Club’s In Ayia Napa ou encore le Plazza Club Ayia Napa de programmer des artistes de plus en plus connus sur la scène électronique mondiale. Là encore, vous nous direz que cela n’est pas gage de qualité et on vous suit totalement !!! Cependant, tout ce fourmillement a aussi eu pour conséquence de favoriser l’émergence de nouveaux talents Chypriotes qui commencent à arriver et à s’affirmer.

 

De la House, de la House et encore de la House

Dire que les jeunes pousses chypriotes semblent attirés par la House est un euphémisme. C’est LE genre prôné par ces DJs. Allez c’est parti pour une petite sélection de sons qui devraient vous émoustiller !

AndyNeo

On démarre par de la House assez classique, peu risquée mais très bien réalisée. On sent d’ailleurs que sur certains titres tels que The Cornerstone Of House ou Tenebrous, le potentiel est tout simplement énorme. Le premier, repris façon Carl Cox par Carl Cox et le second rendu un brin plus techno par un Steve Bug pourraient rentrer dans les mémoires.

Atesh K.

Une des figures de proue de la scène électro chypriote. Plutôt branché Tech House, le DJ semble s’inspirer de prestigieux modèles tels que Ricardo Villalobos ou dans une moindre mesure Gui Boratto. Une démarche prometteuse !

Mario Chris

Pour Mario, la Deep House c’est sacré. Le Chypriote n’hésite pas à explorer tous ses secrets à travers des morceaux aux tons Pop et d’autres se rapprochant plutôt du Down Tempo. Très intéressant notamment avec ses titres In My Arms et Sweet Sin, moins classique que le premier cité. On attend de voir ce que ce DJ peut nous proposer de plus, s’il en a le potentiel et la volonté.

Patraulea

Auteur d’une musique que l’on pourrait qualifier d’expérimentale, Patraulea semble être en quelque sorte le Jacques Chypriote. Vous remarquerez la classe de ce surnom au passage. C’est surprenant mais envoûtant un peu comme un album de Aphex Twin. Difficile de savoir si cet artiste trouve son public à Chypre mais de notre côté, on est curieux de voir l’évolution du projet.

Sermet Cakmak

Oui, tous les titres signés de cet artiste ne sont pas forcément au top cependant ce DJ a le mérite d’explorer un genre peu entendu à Chypre. Une acid next-gen sur certains sons plutôt pas mal réalisés et une frontière avec la Techno intéressante. Si vous aimez ce titre, Acid Porn, n’hésitez pas à aller découvrir Roma, autre belle réussite de Sermet Cakmak.