Première fois pour Tokyo Underground Scene, petit billet qui vous permettra de mieux connaître Tokyo et sa scène électronique. Ces DJ de l’ombre qui rythment les soirées de la capitale nipponne et pour la plupart assez méconnus à l’international.

Pour cette première édition, on s’arrête sur Toshiyuki GotoQue Sakamoto, et Ryota O.P.PTrois DJ japonais de renom que l’on retrouve plusieurs fois par mois au Bonobo, Aoyama Zero, au TenT, au Tunnel ou encore chez Oath.

Ce qui caractérise vraiment la scène underground électronique de Tokyo c’est la discrétion. La plupart sont des résidents et font vraiment la réputation de chaque club sur la durée. À la fois producteurs et DJ, c’est en toute modestie qu’ils partagent l’affiche avec les plus grands, Toshiyuki Goto avec Floating Points dernièrement pour n’en nommer qu’un.

Quelques rares EP glanés au fil des ans, mais surtout une présence fidèle derrière les platines pendant des décennies dans le coeur de la capitale nippone. Ces DJs font désormais partie du paysage de la nuit électronique à Tokyo, des experts du digging que l’on croise parfois à Technique ou Lighthouse Records, dans leur milieu naturel.

Maîtrise parfaite du groove et de la crème de la house & world music. C’est ce qu’on aime chez ces gars-là, le goût des choses simples.

Que Sakamoto (Huit Étoiles)

Que Sakamoto est la figure de proue du label Huit Étoiles, parrain de la nu disco à Tokyo. Il commence en 2005 dans les clubs les plus renommés de Tokyo: le WOMB, l’Origami, le Warehouse, le (feu) Club Air et l’incontournable ageHa. Désormais basé au Sound Museum Vision, il est considéré comme le leader de la scène nu disco nippone.

Miami, Milan, Rome, Barcelone, Paris, Ibiza, Amsterdam, Mexico, Séoul, Prague, Bali et j’en passe, Sakamoto-san ne peut pas s’empêcher de voyager et de faire danser les foules aux quatre coins de la planète.

Des influences house en passant par le funk et le disco, c’est un créatif qui n’hésite plus depuis quelques temps à caler quelques pépites techno dans ses sets. Passé aux côtés de Digitalism et John Digweed au Hacienda Oiso Festival en 2013, Sakamoto s’était fait remarqué avec son closing pour la 808State Closing Party. En 2014, Que Sakamoto vole pour Milan et fait son premier set all night long pour le 65metriquadri, petit temple de la nuit milanaise.

L’aventure continue avec son collectif Huit Étoiles et de nombreuses soirées éponymes à Omotesando, Tokyo et au club Origami. L’occasion d’inviter Late Nite Tuff Guy, Hot Toddy (Crazy P), Slazy McQueen, Psychemagik et bien d’autres. Huit Étoiles demeure un collectif précurseur en matière de nu disco sur Tokyo, attirant rapidement l’attention de la scène locale.

Depuis 2015, Que se balade parfois en Europe en passant au XOLO à Manchester, et à Milan encore une fois. Transition avec cette belle vidéo filmée par le collectif italien que l’on ne présente plus, 180gr.

Toshiyuki Goto

Toshiyuki Goto fait ses débuts dans de nombreux clubs à Tokyo dès la fin des années 80. En 1991 il bouge à New York et commence à se faire en nom entre 94 et 96 en animant les soirées AcmeDisco. Producteur en parallèle, il sort « Tribe » et « Drifting » sur WaveMusic NYC en 1996 sous le nom MATO pour sa collaboration avec Masabumi Kikuchi, célèbre keyboardist japonais. Un EP remixé par le fameux François Kevorkian aka François K (Complete Records, 1996, Japan).

En 2002, Toshi sort son premier album Two-Way Traffic, première release sous le nom de Toshiyuki Goto. En 2007, son EP « No Illusion » est l’occasion pour lui de remixer de nombreux artistes internationaux et japonais comme Hiroshi Fujiwara et Chiba Yusuku.

Une fois rentré au Japon en 2003, il se concentre davantage sur le mix et le DJing, ce qui lui ouvre les portes de clubs tokyoïtes comme le Club Air à Daikanyama et le eleven à Roppongi. Il gagne en popularité par la suite et fait quelques dates Europe et à New York au Cielo et au Club Shelter.

Désormais, on le retrouve deux fois par mois au Aoyama Zero pour les fantastiques Sunday Afternoon parties, avec popcorn et mikado à volonté.

Ryota O.P.P

Ryo Futoshi aka Ryota OPP débute en 1999 à Tokushima en tant que DJ avant de voyager partout dans le monde (Londres, l’Indonésie, l’Australie, la Thaïlande…) puis d’atterrir finalement à Tokyo. Désormais promoteur, producteur et DJ actif, il sort son premier album « Unknow Place » en 2011 sous son propre label, Future Life.

En 2015, il sort son LP « Pale Lux » sur Meda Fury, distribué par le fameux label R&S.